Hebergeur d'image
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Le journal d'Hermoni

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hermoni
Gardien


Personnages :
Hermoni
Lucif
Anh'Sindor
Personnages secondaires :
Cats'Tays
Messages : 14728

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Le journal d'Hermoni   Mer 28 Aoû - 11:47

L'orphelinat... c'était il y a si longtemps et pourtant je m'en souviens encore si bien. Malgré les petites chamailleries j'en souris en me remémorant tout ceci.
Comme un jour où deux enfants s'amusaient à m'embêter en me prenant mon livre. Cela m'arrivait bien souvent en réalité à cette époque.
Je m'en souviens si bien.
- Rendez moi mon livre !
- Viens l'chercher si tu l'veux !
- Il veut son livre mais n'arrive pas à le prendre. Arrête de lire, grosse tête.
Je me rappelle avoir couru entre les deux garnements, tentant en vain de récupérer ce livre de magie. Et oui, à l'époque j'étais déjà attiré par l'apprentissage de toutes formes de magie. J'étais jeune et les autres enfants ne semblaient pas comprendre, m'appelant "l'intello" ou "la grosse tête". Leurs jeux ne m'intéressaient pas. Je voulais maîtriser la magie.
- Allez ! Rendez le moi !
J'allais abandonner ce jour là. Ils étaient beaucoup plus rapides que moi. Mais je n'étais pas vraiment seul. Alors qu'un des deux enfants tenait le livre au dessus de sa tête en me narguant, l'autre vola soudainement plus loin.
Le premier n'eut pas le temps de réagir qu'il se prenait un coup de poing au ventre. Le livre fut lâché, puis rattrapé et on le tendit vers moi. Je levais les yeux, et voyais le visage de mon cher frère.
Je lui souris en le remerciant. Ce n'était pas la première fois qu'il m'aidait à cette époque.
Cette lointaine époque... J'étais si faible et vulnérable. Quand mon frère était avec moi, je ne risquais rien. Mais quand il n'était pas là, les autres en profitaient pour trouver n'importe quoi pour m'embêter. J'avais l'impression d'être leur cible favorite. 
Quand ce n'était pas un livre, c'était mes plumes, ou bien mes feuilles. Un jour l'un d'eux avait même volontairement tâché d'encre l'un des livres que j'avais emprunté à la bibliothèque. J'allais avoir de sacrés problèmes, mais mon frère était intervenu et m'avait défendu. Déjà jeune il était "convainquant", même si cela lui avait apporté aussi beaucoup de punitions.
On se ressemblait physiquement avec nos cheveux noirs ébènes, mais petit à petit il était devenu beaucoup plus grand et fort que moi. Il se servait de cet avantage pour m'aider, et ce jour là il avait "convaincu" les gamins à se dénoncer eux même.


Je soupirais, plongé dans mes souvenirs, quand soudain je sentis une main sur mon épaule. Quelqu'un m'appelait.
- Hermoni ? Vous allez bien ?
- Hmmm... ? Oui, oui... juste... de vieux souvenirs.
- Il va revenir, il revient toujours vous savez ? Surtout... que ferions nous sans notre chef ?
- Vous feriez ce que vous avez à faire. N'oubliez pas que la force des Ailes de l'Espoir ne tient pas uniquement à ses dirigeants.
- Vous avez raison ! me dit le commandant en se frappant du point la poitrine en guise de salut.

Je relevais la tête et regardais vaguement le camp autour de moi. La nuit allait tomber bientôt sur les terres du Norfendre. Partout autour de moi les soldats de notre petite armée se reposaient mangeant et jouant aux cartes, aux dés, au bras de fer et qui savait quoi d'autre ?
Je me désintéressais rapidement de tout ceci. Il fallait que j'établisse une stratégie pour la prochaine attaque. La précédente avait été un succès, mais par chance. Si j'avais compris plus tôt, nous aurions eu moins de pertes.
Alors que je réfléchissais, je sentis soudain la douce chaleur de quelqu'un me prenant dans ses bras. Tournant la tête, je vis ce doux visage.
- Célestia ?! Que... qu'est ce que tu fiches ici ?! Tu devrais être à Lune d'Argent !
- J'en ai assez que tu me laisses ainsi Hermoni. Alors je suis venu !
- Mais et les gardes ?! Ils t'ont laissée passer comme ça ?
Question idiote... ils savaient qui elle était et elle m'avait déjà fait le coup de venir malgré mes interdictions. 
- Tu t'y es prise comment cette fois? Zeppelin ? Téléportation ?
Elle me mit deux doigts sur la bouche pour me faire taire. Elle me sourit et m'embrassa tendrement, passant une main dans mes cheveux blancs. 
Mais ce doux contact fut interrompu soudainement par un raclement de gorge à nos côtés.
- Qu'est ce que ta fiancée fiche ici encore ? râla la voix grave de mon frère, revenant de sa mission, qui nous regardait les bras croisés.
Alors que j'allais répondre, c'est Célestia qui répondit :
- Je suis venu le voir tout simplement !
- Tu sais très bien que c'est dangereux. Comme il se fait tard tu repartiras que demain. Profites-en, car à l'aube tu retournes chez toi.
Je regardais mon frère s'éloigner sur ses mots en étirant un petit sourire. Rien n'empêchait de la renvoyer maintenant. C'était comme une faveur qu'il nous faisait à tout les deux.
Si seulement j'avais su à ce moment... J'aurais du insister pour qu'elle reparte en sécurité.


Durant la nuit, l'alarme fut sonnée. Le camp était sens dessus dessous, tout le monde courrait. Des ordres étaient criés par les commandants qui avaient réussi à rassembler une partie des troupes, le reste se battant déjà.
Je sortais de ma tente, rejoignant mon frère.
- Que se passe-t-il ?! demandais-je immédiatement.
- Une embuscade ! répondit mon frère. Rassemble tes lanceurs de sorts immédiatement ! 
J'acquiesçais d'un signe de la tête avant de partir. Mais il fallait que je fasse une chose. Après avoir fait signe à un soldat que j'avais en très haut estime, je retournais dans ma tente pour forcer Célestia à se lever. Elle était déjà réveillée à cause du vacarme mais n'était pas sortie.
Je lui expliquais rapidement la situation et lui dit qu'elle allait partir se mettre en sécurité. 
Je repartis dans le camp quand j'étais certain qu'elle serait partie.
Encore une erreur ? Peut être. Qui sait ?


La nuit avançait et le camp était à feu et à sang. Nous avions perdu beaucoup de monde. Il restait avec moi un certain nombre de lanceurs de sorts. J'avais perdu de vue mon frère depuis un moment, et le fléau continuait d'affluer sur nous.
Il me restait une seule carte à jouer pour nous en sortir. Une seule et unique. Le dernier recours, celui dont j'espérais ne jamais avoir besoin.
Je pris une grande inspiration alors que je prenais cette décision. Je fis signe aux autres de se mettre en place. Le rôle à eux était simple, le mien un peu plus complexe. Si je concentrais mal tout ceci...

Ils s'étaient mis en cercle autour de moi, concentrant leur magie sur moi.
Fermant les yeux, je me mis à tisser le sort que je craignais tant. Il me fallait du temps, j'en avais peu. Mais je savais qu'autour il restait encore divers combattants qui tentaient tout pour nous protéger.
L'énergie s'accumula, le sort se forma, le fléau approchait. Je sentais contre mon torse mon pendentif brûler ma peau. La pierre magique sertie dessus me donnait elle aussi de sa puissance.
Le sort fut finalisé, je n'avais qu'à tout relâcher. Simplement.
L'énergie me quitta. Je sentis toute sa force partir autour, fonçant sur le fléau. Et plus rien.


Toute cette énergie. Je ne l'ai pas acquise si facilement. Même si les lanceurs de sort et mon pendentif m'avaient aidé, la plupart était issue de ma propre magie.
Cela datait d'il y a de nombreuses années. Combien ? J'ai oublié depuis. Ma mémoire me fait défaut pour certains détails. Mais je sais que lorsque j'ai quitté l'orphelinat j'ai tout fait pour continuer à étudier la magie. Toutes les écoles de magies m'intéressaient. Rapidement j'ai conclu que je n'étais visiblement pas fait pour utiliser celles de nature. Mais le feu et le givre, ainsi que les arcanes pures étaient à ma portée. Pas dans leurs totalité peut être, mais au moins une bonne partie. Je m'en servais depuis déjà bien longtemps à l'orphelinat.
Il y avait les ombres et le sacré qui m'échappaient encore. Mais je sentais que je pouvais tout de même apprendre.

Alors que je faisais de nombreuses recherches sur ces deux formes de magies intimement liées malgré leur opposition, je réussis à me faire enrôler dans l'Ordre du Cercle Divin. Un ordre de prêtres et de serviteurs de la lumière qui avaient comme but ultime de purifier Azeroth.
Bien que leurs intentions me semblaient assez utopiques, leurs enseignements du sacré était tout à fait ce que je recherchais à ce moment.
Mais j'étais si jeune et naïf à cette époque.
Je suis resté quelques courtes années, apprenant à manier divers sorts curatifs liés au sacré ainsi que les protections. Mais cela ne dura pas. Ma soif d'apprendre était immense, et cela ne semblait pas plaire à l'Ordre.
Je posais beaucoup de questions, trop à leur goût car je commençais à remettre en question certaines de leurs convictions. Principalement celle disant que tout ce qui était lié à l'Ombre était le Mal absolu, l'ennemi à détruire.
A mes yeux, la magie, peu importe son origine, est neutre. Ce qui la change, c'est les intentions de celui qui l'utilise.

A cause de ma façon de voir les choses, je finis par être radié de l'Ordre. Mais peu m'importait. Je continuerai à étudier quoi qu'il arrive, m'étais-je promis.
Et je l'ai fait. D'ailleurs, durant toutes ces années j'avais réussi à me faire un certain nombre de connaissances. Petit à petit, j'ai réussi à m'approcher de plus grands savoirs, de plus grandes bibliothèques et de certains grands maîtres-mages. C'est ainsi que j'avais rencontré Kael'Synaar, un maître-mage avec qui je m'entendais à merveille. Il avait les mêmes intérêts pour la magie que moi même et nos puissances étaient assez similaires.
A terme, j'avais réussi à obtenir l'accès à notre source de puissance : Le Puits de Soleil !
Avec Kael'Synaar, nous avons fini par établir nos quartiers dans la zone.

Nos recherches avançaient bien plus vite. Et nous voulions aller plus loin encore. 
Mais un jour, une de nos expérience tourna mal. Je ne me souviens que d'une explosion.
Lorsque je me suis réveillé, j'étais à l'infirmerie. Je m'éveillais d'un long coma on m'annonça. Ils ont cru que jamais je ne m'en sortirais. Et pourtant... Il semblait que j'allais bien si ce n'était que mes cheveux avaient viré au blanc.
Cependant, quelque chose semblait clocher. Je me sentais... bizarre. Sur le moment je n'avais pas réussi à l'expliquer. C'était quelque chose en moi. Sur le moment j'ai cru que c'était juste un effet secondaire d'avoir été si longtemps inconscient.
Quelques jours plus tard, je pus sortir de l'infirmerie. J'appris qu'on m'avais interdit l'accès au Puits de Soleil. A Kael'Synaar aussi.
Déçu, nous avions tout de même continué d'étudier. Jour après jour je compris ce qu'était cette sensation en moi. J'étais plus puissant. Je le sentais. J'avais même du mal à contrôler mon énergie. Une simple boule de feu pouvait facilement exploser au lieu d'allumer une torche.

Les jours passèrent, et mon amitié avec Kael'Synaar se dégradait. Je sentais qu'il avait une certaine jalousie envers moi même. Comme si j'avais eu de la chance d'avoir failli mourir en tombant la dedans.
Nos chemins finirent par se séparer. Je ne sais pas ce qu'a fait Kael, mais pour ma part je suis parti en voyage pour chercher d'autres maîtres-mages. Les magistères à Lune d'Argent me tapaient sur le système à force.
C'est durant ces voyages qu'un jour je rencontrais Célestia, une magnifique sin'dorei. Nous sommes restés de simples amis bien longtemps avant que je n'ose la demander en fiançailles.

Pendant tout ce temps, je n'ai jamais vraiment su ce que mon frère faisait. J'avais perdu contact avec lui depuis des années. C'était cependant de ma faute, j'étais trop dans mes livres j'imagine.

C'est bien plus tard, alors que le Fléau menaçait de dévaster Azeroth que nos chemins se recroisèrent. Celui de mon frère, le mien, mais aussi celui de Kael'Synaar.
Nous nous sommes retrouvés enrôlés dans une petite armée nommée les Ailes de l'Espoir et très rapidement avec mon frère nous sommes montés en grade.
Lui avait appris les arts de la lame et était désormais un excellent combattant. Moi je suis arrivé à la tête des troupes de lanceurs de sorts.


Que s'était-il passé après avoir lancé ce sort cette nuit de l'embuscade ? Je n'en suis pas certain. Je me suis retrouvé seul au petit matin. Quand je me suis relevé, reprenant mes esprits, tout le monde autour de moi était mort. 
Paniqué, je m'étais mis à courir partout, de corps en corps, cherchant des survivants parmi ceux qui pouvaient l'être encore. Certains corps étaient déchiquetés, d'autre simplement couchés sur le sol, sans vie. 
Mais je ne trouvais aucun survivant. Pas un seul ne respirait encore. Et le pire... il n'y avait aucune trace de mon frère. Etait-ce l'un de ces corps impossibles à identifier ? J'espérais de tout mon coeur que non.
Tout en cherchant, il y avait quelque chose d'étrange qui ne parvenait pas à mes yeux immédiatement. Si une partie des morts était clairement tombés face aux assauts du fléau, d'autres... semblaient avoir succombé à la magie. 
Or... il n'y avait pas de faction magique dans les troupes que nous visions. Il y avait un certain nombre de chevalier de la mort, mais pas de lanceurs de sort. Nos espions avaient été formels.
Une autre troupe ? Peu probable.
Alors que j'avançais, petit à petit la réalité remontait jusqu'à moi. Puis soudain :
- CELESTIA !!!!
Je devais la retrouver !
Je savais où ils allaient !
Je me mis à courir pour tenter de les retrouver. Aussi vite que je pouvais, la peur me faisant oublier ma fatigue. Je n'ai jamais su combien de temps j'avais mis. Mais quand je me suis arrêté, c'était pour voir une des pires choses que j'espérais ne jamais voir.
Je me précipitais vers elle. Le soldat qui l'accompagnait avait déjà rejoint les esprits de ces ancêtres. Mais Célestia respirait encore. Faiblement cependant.
Trop faiblement. Je m'approchais, posais mes mains sur elle et tentais d'utiliser la magie curative que j'avais apprise quelques années plus tôt.
- Réveille toi... allez... suppliais-je tout en lançant mes sorts.
Je suis resté longtemps, jusqu'au bout de mes forces j'ai tenté de la ramener... en vain. En larmes je la pris dans mes bras et la serrais fort contre moi, comme si cela pouvait la faire rester avec moi.
La nuit tombait déjà et j'étais épuisé quand je sentis les mains de quelqu'un qui tentait de retirer mes bras de ma fiancée. On me sépara d'elle et on m'emmena me faire soigner.
J'ai mis beaucoup de temps à me remettre de tout ceci. Une immense culpabilité en moi ne partirait jamais. Tout ce qu'il s'était passé était de ma faute, et j'avais tout perdu. Mes amis, mon frère et ma fiancée.

Au bout de quelques mois, je me suis remis à travailler pour essayer de reprendre le cours de ma vie. J'ai tenté d'enseigner l'art de la magie, mais le coeur n'y était plus. Petit à petit j'avais l'impression que celle ci m'échappait. La seule que j'arrivais encore à bien maîtriser tenait des sombres arts.
J'ai fini par reprendre le mercenariat en solitaire.


Des semaines, des mois... des années peut être ? Aucune idée. J'ai perdu toute notion du temps à ce moment là. J'enchaînais diverses missions. De plus en plus ma magie m'abandonnait pour ne laisser place qu'aux Ombres en moi.
Et pendant tout ce temps là, j'étais comme ailleurs, hors de mon propre corps. J'avançais, mais ce n'était pas "moi". Et j'en ai que de vagues souvenirs, comme si tout cela n'avait été qu'un rêve qui s'estompait petit à petit.



Un jour, alors que je voyageais dans un but toujours aussi vague, je fis une rencontre qui changea ma vie. Celle d'un chevalier de la mort. Laenthis qu'il s’appelait.
Si certains l'auraient rejeté à cause de ce qu'il était, je n'en ai rien fait. Je savais que ce n'était pas de leur faute. J'avais bien entendu eu vent durant mes voyages de la libération de beaucoup d'entre eux et que malgré cela nombreux étaient ceux encore méfiants.
Ce chevalier de la mort était pourtant assez particulier. Il semblait être lui même plus "en vie" que ses collègues, que moi même aussi à ce moment là. Pour une raison qui m'échappe encore, il avait commencé à faire un bout de chemin avec moi même.
Il ne semblait pas craindre ma magie contrairement à beaucoup d'autres. Dans le fond, on se ressemblait beaucoup. Depuis que j'étais dans le mercenariat j'inspirais la crainte malgré moi. Certains me disaient maléfique. Il fallait dire que depuis ce temps ma magie m'échappait par moment et elle avait fait quelques désastres. Heureusement rien de grave mais j'avais risqué la vie de certains.

Je ne me souviens plus où on allait ainsi, je me souviens juste avoir encore perdu le contrôle à cause d'un troll. Ce qu'il me voulait ? Aucune idée. Aujourd'hui encore je n'en sais toujours rien.
Mes Ombres volaient autour de moi, menaçant de blesser ceux qui approchaient. Mais Laenthis réussit à passer au travers et grâce à un calmant de sa propre fabrication il put les affaiblir.
Quand je me suis réveillé suite à ceci, il insista pour m'aider. Je refusais. Et j'étais parti durant la nuit. Et il m'avait rattrapé dans la forêt.

Et c'est ainsi qu'ensemble nous avions voyagé, allant voir tout ceux susceptibles de pouvoir "me guérir" comme il disait. Je savais que je n'étais pas malade, mais je le suivais quand même. 
Les druides de Reflet-de-Lune ne purent rien pour moi. Les prêtres de Nagrand non plus. Et durant tout ces voyages nous avions rencontré pas mal de personnes, certaines assez étranges. Le plus inexpliqué à mes yeux restait ce fameux troll. "Fumeux" comme aurait dit Laenthis.
Je pense qu'il était simplement complètement fou. Par moment on le recroisait, affirmant vouloir m'aider. Mais ce type était complètement malade ! Il avait été jusqu'à capturer le jeune Kévana, un orphelin que je connaissais bien.
Bref... cette partie de ma vie me reste très floue et étrange, et je n'ai jamais vraiment eu envie de comprendre non plus.


Cependant, quelque chose arriva à Nagrand. Depuis quelques temps j'avais le sentiment d'être suivi. Je voyais comme une ombre du coin de l'oeil. Mais quand je tournais la tête, il n'y avait plus rien. 
Mon imagination... c'est ce que je me disais jusqu'au jour où une créature d'ombre à mon image se laissa voir. Elle semblait vouloir quelque chose, mais mes compagnons de l'époque ne lui laissèrent pas le temps de s'exprimer et l'attaquèrent immédiatement.
Cette Ombre disparue. 
Incapable de la retrouver, et ayant raconté la partie de mon histoire concernant les Ailes de l'Espoir à Laenthis, l'idée suivante fut de retourner en Norfendre. Selon lui la solution devait s'y trouver. Je n'y croyais absolument pas cependant. Je ne voulais pas revoir ces terres, symbole de tout ce que j'avais pu faire de pire dans toute ma vie.
J'avais tué des gens ! Comment devais-je continuer ainsi et en plus retourner sur place ?

Serrant dans ma main mon pendentif, j'avais accepté. Et c'est ainsi que nous nous sommes retrouvés en route pour le Norfendre. 
L'Ombre nous avait suivi malgré tout. Nous avions voyagé en zeppelin, et elle fut découverte là dessus. Malheureusement. Un très court combat fit exploser le zeppelin proche des côtes. Nous y avons échoué, et l'Ombre aussi. 
La croyant maléfique, Laenthis sauta dessus. Mais pour une raison qui m'était inconnue à ce moment, nous étions comme lié. La moindre attaque contre cette créature se retournait aussi contre moi.
Nous avions décidé de la garder avec nous le temps de comprendre tout ceci. En attendant, j'avais réclamé à voir la tombe de ma défunte fiancée.
Et alors que je me recueillais, l'Ombre vola mon pendentif et celui qui était toujours sur la tombe avant de s'enfuir.


Un ronflement sonore se fit entendre. Hermoni releva la tête, délaissant un instant son journal. 
Son regard se posa sur Rhoemin, ce sin'dorei qui lui ressemblait comme deux gouttes d'eau. Il eut un petit sourire et regarda par le hublot de sa cabine. Il faisait nuit depuis déjà un bon moment. Sentant son ventre gargouiller, il se leva pour aller en cuisine. Il prit son journal et continua d'écrire tout en mangeant un morceau.


Si j'avais su plus tôt ce qu'était cette Ombre, je ne l'aurais probablement pas attaquée. Bien au contraire.
Elle avait dérobé les pendentifs à cause des pierres bien particulières serties en leur centre. Celles ci servirent à un lancer un sort pour briser ce lien entre nous, lui donnant son indépendance et me libérant par la même occasion.

Depuis ce jour j'ai eu le temps d'étudier son cas. Car entre temps, il nous a rejoint. Rhoemin qu'il s'était fait appeler. Ce n'est que bien après cette histoire que j'ai pu supposé certaines choses. Une incarnation des Ombres comme l'appelle Maxym, un grand maître-mage qui voyage avec nous en ce moment où j'écris ceci. Je trouvais ceci bien étrange, mais la magie réserve souvent des surprises.
Et depuis ce jour aussi, ma magie semblait me répondre un peu mieux. Lié au rituel ? Peut être bien. Sur le moment j'y croyais. Maintenant que j'y repense cela n'avait peut être rien à voir.

Suite à cela nous avons continué à voyager ensemble.
Je commençais à reprendre goût à la vie. Entre Laenthis et Rhoemin qui découvraient tout avec plaisir, c'était la meilleur thérapie pour moi.
Petit à petit, je me disais que tout ceci n'était peut être pas entièrement de ma faute. Après tout, le Fléau était coupable. Je n'avais fait que tout tenter pour sauver les miens. Si je n'avais rien fait, ils seraient morts et relevés pour servir leur armée.
Mais je continuais d'être triste pour mon regretté frère. On avait jamais retrouvé son corps et la lueur d'espoir de le revoir un jour s'était éteinte à mesure que le temps avançait.


Quand je l'ai recroisé, je n'en croyais pas mes yeux. C'était lui... il avait été relevé aussi. Ce fut un sacré choc à encaisser. 
Le pire dans tout ceci c'est qu'il ne se souvenait de rien. Ni de moi, ni des Ailes, rien de son ancienne vie. Mais c'était lui, je le savais. Il portait ce pendentif des Ailes de l'Espoir. Et au dos, le nom de Lucif y était gravé. Ce n'était pas son véritable nom, mais celui sous lequel il était connu dans l'armée.
Mon espoir de retrouver mon frère d'autrefois fut réduit à néant ce jour là. Il avait tant changé. Il ne ressemblait plus à mon frère. Mais je ne voulais pas le rejeter. Il était comme il était. Un chevalier de la mort soumis à une Faim sans Fin intense, qui ne ressentait plus ni la faim, ni la douleur, ni le besoin de dormir. Une véritable machine de guerre si ce n'était qu'il avait retrouvé au moins sa propre volonté.

Laenthis réussit à le convaincre de rester pour tenter de retrouver ses souvenirs.
De terribles souvenirs... 
Un jour les plus durs lui revinrent en mémoire. Ceux du jour où nos vies ont été changés à tout les deux à jamais.
Alors que je m'occupais de résister avec les lanceurs de sort, Lucif était parti en avant avec des chevaliers de sang. Tous y passèrent mais il fut capturé par trois chevaliers de la mort qui lui firent subir les plus horribles tortures qu'on puisse imaginer.
Sa mort fut longue et douloureuse. Les chevaliers de la mort voulaient le faire parler de ce dont il se souvenait. 

Du fait de sa force et sa grande résistance, il fut relevé. Il ne me raconta pas ce qu'il fut forcé de faire, me disant qu'il ne s'en souvenait pas. Mais je sens au fond de moi qu'il le cache volontairement.
Après sa libération, il se mit lui aussi au mercenariat, uniquement par besoin. La Faim sans Fin le tiraillait de toute part. Même Laenthis était étonné de la fureur de celle ci. J'avais mal rien qu'en le voyant.
Laenthis le comprenait et voulait l'aider lui aussi. 


C'est étrange tout de même. Ecrit ainsi, on dirait que Laenthis est le bon gars qui aide tout le monde. Mais ce n'est qu'avec ses amis. Que dirait-il s'il lisait ceci et qu'il voyait qu'il passe pour quelqu'un de gentil ?

- J'en dirais que tu te moques de moi, frérot ! s'écria une voix dans le dos d'Hermoni, lui faisant faire une rayure sur sa page.
Celui ci sursauta. Concentré sur son écriture il ne l'avait pas entendu arriver et il lisait depuis quelques lignes déjà.
- Tu m'as fait peur, idiot !
- Huhu, j'espère bien. Alors, on écrit son journal intime ?
- Ca te regarde pas. Je... j'avais juste envie. Mais à mesure que j'avance, je me rend compte que beaucoup de mes souvenirs sont très flous. Surtout ceux d'avant.... enfin... D'avant notre passage au Puits. Tu t'en souviens ?
- Bien sur ! L'explosion d'arcane. Trois jours que t'es resté inconscient. Et après tu disais ne plus savoir qui j'étais. Comme si je ne m'en souvenais pas. Normal que tu aies des trous.
Hermoni haussa les épaules.
- C'était après quoi déjà ? Cette histoire avec Kael'Synaar ou le démoniste qui avait tenté de monter un groupe pour faire tomber Lor'Themar ?
- Le démoniste. Tu t'en souviens pas ? C'est comme ça que t'as eu le droit de retourner au Puits du Soleil. Tu avais demandé pour récupérer tes vieilles recherches. Kael'Synaar lui avait tenté de te voler ta puissance et celle de Rhoemin par pure et simple jalousie.
- Ha oui... je m'en souviens maintenant que tu le dis. Dire qu'on était de très bons amis à l'époque...
Laenthis se pencha à nouveau sur l'écriture.
- Tu vas raconter comment on a réussi à aider Lucif et à botter l'cul de l'Ordre ?
- Hmm... ouais, j'en étais plus ou moins ici.
- T'as pas raconté comment on a trouvé Maxym ? Ni Almi et Amazarak. Et t'as même pas écrit sur Anh'Si ?!
- Euh.... ouais... je crois que j'ai oublié de raconter certains truc. Mais c'était comment déjà pour Anh'Sindor ? 
- Au Terres Fantômes. Il nous était tombé dessus avec sa petite troupe et nous avait attaqué, pensant défendre la région. Mais c'était un vrai minable à l'époque. Je me souviens encore de la tête qu'il a tiré quand il a reconnu son père ! Et de la tienne en apprenant qu'il était ton neveu. En tout cas, on l'a bien entraîné depuis. 
- Oui, et qui aurait cru à l'époque qu'on avait affaire à un mage de guerre.
- Bon aller, j'te laisse continuer tes mémoires. Je vais me faire un "petit" casse-dalle.
- Petit ? T'es malade ?
- Si j'en fais un gros je vide les réserves du navire tu sais bien.
Hermoni éclata de rire un moment alors que Laenthis descendait se faire son sandwich.
Il reprit sa plume et réfléchit un moment, regardant où il en était. Comment reprendre pour parler de ce qu'ils avaient fait à Dalaran et leur rencontre avec Maxym puis les autres ? Il réalisa qu'il en avait oublié A'maimon, un démoniste assez réservé qui les avait bien aidé ce jour là.
Ils avaient été à Dalaran le jour de la purge faite par Jaina. Un de leur ami avait été enfermé dans les prisons du Fort Pourpre. C'était limite du suicide que d'y aller, mais pourtant ils y sont allés.
En chemin ils ont rencontré Maxym, un humain maître-mage explorateur. Sachant les saccages-soleils innocents, il avait décidé de renier ses liens avec le Kirin Tor et d'aider à les faire s'échapper.
Ce fut difficile, et le démoniste failli mourir de la bataille.
Suite à ceci, ils furent restés quelques temps à Lune d'Argent pour se reposer. Et ils y avaient rencontré Amazarak, un sin'dorei au nom bien étrange qui semblait perdu dans cette capitale, ainsi qu'Almi, une prêtresse qui eut immédiatement le coup de foudre pour ce sin'dorei.
Il s’avérait qu'Amazarak avait été en réalité élevé en Pandarie. Suite à un naufrage, il avait échoué sur les rives de ce continent, perdant en même temps ses parents. Il était très jeune à l'époque et les moines pandarens le prirent sous leur aile, le nommant Amazarak et non par un nom pandaren pour qu'il garde toute sa singularité.
C'est d'ailleurs suite à cela qu'ils avaient décidé d'aller voir ces régions ! Et c'était là bas aussi que son neveu Anh'Sindor croisa la route de Kamsha, sa future compagne.

Hermoni réalisa qu'il se perdait dans ses pensées et qu'il n'avait plus rien écrit depuis bien dix minutes.
Il se pencha à nouveau, décidant qu'il expliquerait ceci plus loin, reprenant ce qu'il écrivait.


Pour aider mon frère, nous devions réaliser un rituel que Laenthis avait trouvé dans un livre que détenaient les chevaliers de la mort. Livre qui selon Laenthis n'était que très rarement lu. Lui même n'avait pas été bien loin dans sa lecture, certaines pages contenant des horreurs qui arrivaient à le dégoûter lui même.
Et pour ce rituel, l'un des ingrédients était de la saronite primordiale. Et le meilleur endroit pour en obtenir était de participer au tournois d'Argent. Celui ci continuait, et continue peut être, de se dérouler malgré la prise de la citadelle. 
Pour le spectacle visiblement.

Nous nous y sommes inscris. Cela se passa assez étrangement. Alors que tout aurait pu aller pour le mieux puisque nous battions tout nos adversaires relativement facilement. 
Mais l'Ordre du Cercle divin, ce même Ordre qui m'avait radié et qui avait causé quelques soucis à Rhoemin, se trouvait au tournoi aussi. Ils en avaient après moi même mais aussi après Terhan, le maître du Nouvel Ordre qui avait mis à mal le leur. Fallait dire qu'ils avaient eu pour but Ultime de détruire toute non-vie d'Azeroth ainsi que toutes les Ombres.
Il restait toujours des fanatiques qui avaient remonté cet Ordre, et le tournois fut mis sens dessus dessous.

Nous avions tout de même récolté la saronite et pu aider Lucif. Et suite à cela nous avions réglé le cas de l'Ordre. En plein Lune d'Argent. Quand je pense que j'en faisais parti autrefois. J'étais si naïf.
Je suis bien content que tout ceci soit terminé maintenant. Bien content aussi d'avoir découvert pendant ce tournois les capacités d'Anh'Sindor. Il pouvait être un puissant mage s'il le voulait. Il ne lui manque je pense que la confiance en lui.


Hermoni soupira en relisant ceci. Qu'allait-il écrire ensuite ? Ensuite... ils sont repartis à l'aventure. Et celle-ci doit être vécue avant d'être écrite.
Il lui restait à parler de certaines personnes qu'il n'avait pas encore évoqué, mais il verrait cela plus tard.
Il posa sa plume et vit que Laenthis était revenu avec un casse-croûte qui pouvait rassasier probablement au moins dix personnes.
- T'es sûr que t'en a besoin que d'un seul ? lui demanda-t-il ironiquement.
- Je t'avais bien dit que je m'en faisait qu'un petit.
Hermoni lui sourit. Il se leva, refermant son journal.
- Je remonte sur le pont avant de me coucher.
Il salua Laenthis et alla prendre l'air. Alors qu'il s'avançait pour s'accouder à la rambarde, il jeta un coup d'oeil sur Lucif qui tenait toujours la barre. La mer était calme.
Il soupira et regarda l'horizon. De nouvelles aventures les attendaient et bientôt il reprendrait sa plume pour les garder en mémoire cette fois ci.
Il avait perdu trop de souvenirs. Cette fois, quoi qu'il arrive il pourrait les retrouver un jour.
Revenir en haut Aller en bas
 

Le journal d'Hermoni

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sinistre farce éléctorale dans les Caraibes selon le journal Humanite.fr
» IMPORTANT : Journal recrute rédacteurs
» Journal de Hermione Blake
» Journal d'un archéologue [PV]
» Journal d'une serdaigle plus qu'allumée !( écrit +com)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les aventuriers de l'Aile d'Argent :: Récits-